HANDISERVICES-AUDE

HANDISERVICES-AUDE

LE DROIT A LA SEXUALITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

Sexothérapeute pour handicapées

 

Articles

INSCRIPTION SEXOTHERAPIE

 

LE DROIT A LA SEXUALITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

 

 HANDICAPEES MENTALES EN INSTITUTION, OU HORS INSTITUTION.

 

1. Le contexte.

Parler de vie affective et sexuelle de personnes handicapées

Mentales n’est pas aisé ; il s’agit d’un sujet délicat difficile à

Aborder en raison de sa complexité. Il importe qu’il soit traité avec

Beaucoup de sensibilité, de respect mais aussi de connaissance

Du domaine du handicap mental et des réalités institutionnelles.

Dès son plus jeune âge, l’enfant handicapé mental occupe une

Place à part au sein de sa famille mais aussi de la société. La

Relation entre l’enfant et ses parents est parfois fusionnelle et son

Développement affectif et sexuel en est parfois perturbé.

Suite à cette situation, les relations sociales avec le reste de la

Société, les moments d’intimité et l’accès à l’information sexuelle

Sont donc limités.

Face à ce manque d’information et de dialogue, les personnes

Handicapées mentales arrivées à l’âge adulte vivent une certaine

Souffrance de ne pas pouvoir vivre une vie affective épanouie. Les

Actions éducatives en la matière ont souvent tendance à vouloir

Les protéger contre les agressions, les infections et les grossesses. Le

Message véhiculé donne une image assez négative de la

Sexualité, la faisant passer comme dangereuse.

Il est important de dépasser cette croyance qui maintient l’adulte

Handicapé mental dans l’idée d’être incapable d’avoir une vie

Sexuelle épanouie.

La littérature scientifique sur l’affectivité et la sexualité des

Personnes handicapées n’est pas très abondante. La plupart des

Articles rédigés traitent de la notion de protection et aborde peu

Ou pas la sexualité en termes d’éducation ne positive.

Dans une société ou l’on parle d’intégration de la personne

Handicapée, on ne peut omettre de parler de la sexualité des

Personnes handicapées.

En 2003, lors de l’année européenne de la personne handicapée,

De nombreux groupes de travail ont été mis en place afin de

Réfléchir notamment à la question de l’affectivité et de la sexualité

Des personnes handicapées.

Notre Association est régulièrement interpellée à ce sujet par des

Associations, institutions, personnes handicapées mais aussi

Parents d’enfant et/ou d’adulte confronté à un moment ou à un

Autre de leur vie aux problèmes de parentalité, vie de couple,

Stérilisation,…

Lors de nos réunions de Plate forme communale de concertation,

Nous avons constaté que ce thème était abordé.

2. Le développement.

A la naissance, l’enfant est biologiquement sexué. Le fait de lui

Donner un prénom est déjà un tout début d’identité sexuelle. Les

Premières années de sa vie, la sexualité de l’enfant se limite à la

Recherche de plaisir et du bien être.

Ensuite, sa sexualité va se construire, découverte de ses organes

Génitaux qui se révèlera comme une source de plaisir tandis que

La masturbation sera la première manifestation sexuelle visible.

Une des grandes différences entre le développement d’un enfant

Valide et d’un enfant présentant une limitation cognitive se situe

Dans le fait que là où l’enfant valide va apprendre de manière

Intuitive, par imitation… l’enfant porteur d’un handicap devra

Quant à lui être plus informé, plus éclairé et souvent suivi pour

Apprendre ces comportements. En effet, dans le cas d’une

Déficience mentale, on ne constate que les faiblesses cognitives

Entraînent un déficit au niveau de la connaissance de son corps

Et de son fonctionnement organique et sexuel.

Ce problème est souvent accentué par le fait que l’enfant a

Moins accès à l’information et ce en raison de son isolement

Social; il n’est pas souvent en contact avec des jeunes qui seraient

En mesure de lui expliquer leurs expériences. De même, en

Fonction de sa déficience, l’enfant handicapé mental n’a pas

Accès à tous les documents écrits relatifs à l’éducation sexuelle.

Il est donc nécessaire dès son plus jeune âge d’organiser des

Soutiens, des supports sans oublier que le corps est sexué à vie et

Qu’un accompagnement sera donc nécessaire jusqu’à l’âge

Adulte voire après s’il en émet le souhait.

L’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées

Sous-entend donc une intervention en matière d’affectivité et

Sexualité. Cette intervention est délicate et difficile car ce

Domaine touche nos valeurs.

A l’heure actuelle, nous constatons qu’il y a encore beaucoup

D’institutions et de services qui sont peu attentifs au respect de

L’intimité de la personne handicapée ainsi qu’à son droit d’avoir

Une vie affective et sexuelle.

Dès lors, il nous semble que la première réflexion que l’institution

Doit avoir c’est de se positionner par rapport à ce point et de

Déterminer des valeurs sexuelles et éthiques auxquelles elle va se

Référer. L’institution doit être au clair et doit avoir réfléchi sur la

Manière dont l’équipe éducative va réagir lorsqu’elle sera

Confrontée à la situation. Le fait que la personne handicapée

Puisse parler à un éducateur de ses craintes, doutes et angoisses

Va permettre à la personne de sentir soulagée, écoutée.

Il est également souhaitable pour l’épanouissement optimal de la

Personne handicapée que l’institution qui l’héberge ne reconnaisse

Que la personne a droit à une vie affective et sexuelle. Il est

Important que les éducateurs soient formés, qu’une réflexion

Autour de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées

Mentales ait lieu. Au préalable, un travail sur eux-mêmes est

Nécessaire afin de déterminer leurs motivations et leurs valeurs

Éthiques.

Par exemple, au Québec, le Pavillon du Parc, institution pour

Personnes déficientes intellectuelles, a développé un guide de

Référence en intervention sexo - éducative se fondant sur une

Conception multidimensionnelle de la sexualité et qui promeut 9

Valeurs fondamentales (reprises ci-dessous).

Cette démarche est intéressante dans le fait qu’elle opte pour

Une éducation individuelle respectueuse des besoins de la

Personne tout en intégrant d’autres acteurs (personnel, parents,

Direction).

1. Humanité inconditionnelle : la personne déficiente mentale

Est une personne humaine et non un individu réduit à sa

Déficience

2. Individualité : chaque personne a sa façon bien à elle d’être

Et d’agir. L’individualité implique la prise en compte des

Différences.

3. Responsabilité : il faut favoriser la liberté de choix et la

Maîtrise possible par la personne de ses relations amoureuses,

Érotiques ainsi que son potentiel reproducteur. Cette

Autonomie dépend de la capacité de l’individu à être

Responsable de ses actes et de leurs conséquences. La

Responsabilité du milieu éducatif (parents et professionnels)

Est aussi engagée : comment gérer la liberté » de l’individu

Et la nécessité de le protéger ?

4. Liberté des orientations érotiques : l’orientation érotique de

L’individu peut être hétérosexuelle, homosexuelle ou

Bisexuelle. Cette orientation doit être respectée.

5. Mixité des lieux de vie : c’est par la mixité, en se côtoyant

Dans le quotidien que les garçons et les filles, les femmes et

Les hommes peuvent acquérir des capacités de

Communication entre eux et une perception plus réaliste de

L’un ou l’autre sexe.

6. Egalité des sexes : des échanges interpersonnels les plus

Égalitaires possibles, entre des individus des deux sexes sont

Favorisés dans le respect des différences de chacun et de

Chacune.

7. Respect de l’autre : les échanges érotiques ou amoureux

Impliquent l’égalité et la responsabilité de l’un et l’autre des

Partenaires. Toute personne doit être respectée. Il y a une

Nécessité de consentement mutuel entre les partenaires.

8. Intimité : chacun a le droit de disposer d’un lieu où il se sent

En confiance et peut vivre entre autres, certaines pratiques

Érotiques. Chacun peut disposer d’une vie privée dans la

Mesure de ses moyens.

9. Accès à l’information-éducation : il est important que

Chacun ait un accès à un maximum d’informations

Concernant le corps, la sexualité, les émotions, les

Comportements sociaux appropriés.

Ces valeurs sexuelles sont des repères sur lesquelles le professionnel

Peut se baser, il s’agit d’une ligne de conduite et bien entendu, il

Faut adapter ses valeurs à la personne concernée. En effet,

Chaque personne handicapée n’a pas la même demande, ni les

Mêmes besoins affectifs et sexuels et dès lors la réponse doit être

Individualisée et adaptée.

L’étude réalisée par Madame Delville et Messieurs Mercier et

Collignon démontrent que la plupart des personnes interrogées

Accordent une importance aux amitiés avec une personne de

Même sexe mais aussi pensent qu’avoir un ami de l’autre sexe est

Également important.

La majorité des personnes interrogées déclarent que la vie en

Couple est importante et presque la moitié exprime un désir

D’enfant. La personne handicapée doit être considérée comme

Une personne à part entière dans toute sa globalité. Il est

Important de la respecter en tant que personnes mais aussi de

Respecter ses choix, son intimité, sa sexualité.

Les personnes valides ou handicapées ont les mêmes besoins mais

Une personne handicapée a besoin d’aide pour réaliser ce qu’elle

Souhaite. Ce manque d’intimité est lourd à porter.

Il faut laisser aux personnes handicapées mentales

Institutionnalisées la possibilité de parler, poser des questions au

Personnel éducatif de l’institution concernant leurs différentes

Interrogations dans le domaine de la sexualité.

3. Conclusion.

Nous constatons ces dernières années que le leitmotiv du politique

Ainsi que des Associations de personnes handicapées est de

Privilégier l’autonomie et l’intégration sociale et professionnelle

Des personnes handicapées. Mais cette intégration passe aussi par

L’épanouissement et le bien être de la personne handicapée

Donc tout ce qui touche au domaine de l’affectivité et de la

Sexualité.

En tant qu’Association défendant les droits des personnes

Handicapées, nous défendons l’idée que les personnes

Handicapées mentales ont droit de vivre une vie affective et

Sexuelle épanouie car leur qualité de vie affective et sexuelle

Influencera leur qualité de vie générale.

Il nous paraît important pour le bien-être de la personne

Handicapée mentale que l’institution reconnaisse à la personne le

Droit à une vie affective et sexuelle. L’institution doit donc

Envisager une éducation sexuelle positive qui comprend une

Démarche qui exprime une acceptation et une valorisation de la

Sexualité. Cette éducation doit être adaptée à la personne,

Individualisée tout en tenant compte de ses capacités de

Compréhension.

Les actions éducatives doivent viser un épanouissement et le bien

Être de la personne handicapée mais aussi la prise en compte de

Ses désirs (vie de couple, enfant, contraception).

Nous sommes arrivés à un point où notre société doit prendre en

Considération la sexualité des personnes handicapées mentales et

Ce, en posant d’une part un nouveau regard sur la sexualité de la

Personne handicapée mentale et d’autre part en apportant une

Réponse, une structuration sociale cohérente. Ne pas le faire s’est

Prendre le risque dans un contexte de maladies sexuellement

Transmissibles d’engendrer des réactions et comportements

Inadaptés.

4. Sources.

- Sexualité en Institutions : 30 ans après…

J-L Wasmes, Pascale Baudour 2004.

-Education affective et sexuelle de personnes ayant une

Déficience intellectuelle Christiane Déloyaux – de Decker

Anne Dasnoy-Sumell

- h//p archive.lien-social.com

« Quelle sexualité pour les personnes handicapées mentales »

-« Les valeurs sexuelles » Michel Lemay (sexologue)

- « Sexualité briser les tabous » Bernadette Soulier (sexologue)

- « Education pour la santé, handicap mental : analyse de

L’image du corps et de son fonctionnement (1997) Collignon,

Delville, Mercier.

-Les handicapés mentaux ont-ils droit à une vie sexuelle

« Normale »

DROIT A LA SEXUALITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

MENTALES EN INSTITUTION, OU HORS INSTITUTION.

1. Le contexte.

Parler de vie affective et sexuelle de personnes handicapées

Mentales n’est pas aisé ; il s’agit d’un sujet délicat difficile à

Aborder en raison de sa complexité. Il importe qu’il soit traité avec

Beaucoup de sensibilité, de respect mais aussi de connaissance

Du domaine du handicap mental et des réalités institutionnelles.

Dès son plus jeune âge, l’enfant handicapé mental occupe une

Place à part au sein de sa famille mais aussi de la société. La

Relation entre l’enfant et ses parents est parfois fusionnelle et son

Développement affectif et sexuel en est parfois perturbé.

Suite à cette situation, les relations sociales avec le reste de la

Société, les moments d’intimité et l’accès à l’information sexuelle

Sont donc limités.

Face à ce manque d’information et de dialogue, les personnes

Handicapées mentales arrivées à l’âge adulte vivent une certaine

Souffrance de ne pas pouvoir vivre une vie affective épanouie. Les

Actions éducatives en la matière ont souvent tendance à vouloir

Les protéger contre les agressions, les infections et les grossesses. Le

Message véhiculé donne une image assez négative de la

Sexualité, la faisant passer comme dangereuse.

Il est important de dépasser cette croyance qui maintient l’adulte

Handicapé mental dans l’idée d’être incapable d’avoir une vie

Sexuelle épanouie.

La littérature scientifique sur l’affectivité et la sexualité des

Personnes handicapées n’est pas très abondante. La plupart des

Articles rédigés traitent de la notion de protection et aborde peu

Ou pas la sexualité en termes d’éducation ne positive.

Dans une société ou l’on parle d’intégration de la personne

Handicapée, on ne peut omettre de parler de la sexualité des

Personnes handicapées.

En 2003, lors de l’année européenne de la personne handicapée,

De nombreux groupes de travail ont été mis en place afin de

Réfléchir notamment à la question de l’affectivité et de la sexualité

Des personnes handicapées.

Notre Association est régulièrement interpellée à ce sujet par des

Associations, institutions, personnes handicapées mais aussi

Parents d’enfant et/ou d’adulte confronté à un moment ou à un

Autre de leur vie aux problèmes de parentalité, vie de couple,

Stérilisation,…

Lors de nos réunions de Plate forme communale de concertation,

Nous avons constaté que ce thème était abordé.

2. Le développement.

A la naissance, l’enfant est biologiquement sexué. Le fait de lui

Donner un prénom est déjà un tout début d’identité sexuelle. Les

Premières années de sa vie, la sexualité de l’enfant se limite à la

Recherche de plaisir et du bien être.

Ensuite, sa sexualité va se construire, découverte de ses organes

Génitaux qui se révèlera comme une source de plaisir tandis que

La masturbation sera la première manifestation sexuelle visible.

Une des grandes différences entre le développement d’un enfant

Valide et d’un enfant présentant une limitation cognitive se situe

Dans le fait que là où l’enfant valide va apprendre de manière

Intuitive, par imitation… l’enfant porteur d’un handicap devra

Quant à lui être plus informé, plus éclairé et souvent suivi pour

Apprendre ces comportements. En effet, dans le cas d’une

Déficience mentale, on ne constate que les faiblesses cognitives

Entraînent un déficit au niveau de la connaissance de son corps

Et de son fonctionnement organique et sexuel.

Ce problème est souvent accentué par le fait que l’enfant a

Moins accès à l’information et ce en raison de son isolement

Social; il n’est pas souvent en contact avec des jeunes qui seraient

En mesure de lui expliquer leurs expériences. De même, en

Fonction de sa déficience, l’enfant handicapé mental n’a pas

Accès à tous les documents écrits relatifs à l’éducation sexuelle.

Il est donc nécessaire dès son plus jeune âge d’organiser des

Soutiens, des supports sans oublier que le corps est sexué à vie et

Qu’un accompagnement sera donc nécessaire jusqu’à l’âge

Adulte voire après s’il en émet le souhait.

L’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées

Sous-entend donc une intervention en matière d’affectivité et

Sexualité. Cette intervention est délicate et difficile car ce

Domaine touche nos valeurs.

A l’heure actuelle, nous constatons qu’il y a encore beaucoup

D’institutions et de services qui sont peu attentifs au respect de

L’intimité de la personne handicapée ainsi qu’à son droit d’avoir

Une vie affective et sexuelle.

Dès lors, il nous semble que la première réflexion que l’institution

Doit avoir c’est de se positionner par rapport à ce point et de

Déterminer des valeurs sexuelles et éthiques auxquelles elle va se

Référer. L’institution doit être au clair et doit avoir réfléchi sur la

Manière dont l’équipe éducative va réagir lorsqu’elle sera

Confrontée à la situation. Le fait que la personne handicapée

Puisse parler à un éducateur de ses craintes, doutes et angoisses

Va permettre à la personne de sentir soulagée, écoutée.

Il est également souhaitable pour l’épanouissement optimal de la

Personne handicapée que l’institution qui l’héberge ne reconnaisse

Que la personne a droit à une vie affective et sexuelle. Il est

Important que les éducateurs soient formés, qu’une réflexion

Autour de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées

Mentales ait lieu. Au préalable, un travail sur eux-mêmes est

Nécessaire afin de déterminer leurs motivations et leurs valeurs

Éthiques.

Par exemple, au Québec, le Pavillon du Parc, institution pour

Personnes déficientes intellectuelles, a développé un guide de

Référence en intervention exo - éducative se fondant sur une

Conception multidimensionnelle de la sexualité et qui promeut 9

Valeurs fondamentales (reprises ci-dessous).

Cette démarche est intéressante dans le fait qu’elle opte pour

Une éducation individuelle respectueuse des besoins de la

Personne tout en intégrant d’autres acteurs (personnel, parents,

Direction).

1. Humanité inconditionnelle : la personne déficiente mentale

Est une personne humaine et non un individu réduit à sa

Déficience

2. Individualité : chaque personne a sa façon bien à elle d’être

Et d’agir. L’individualité implique la prise en compte des

Différences.

3. Responsabilité : il faut favoriser la liberté de choix et la

Maîtrise possible par la personne de ses relations amoureuses,

Érotiques ainsi que son potentiel reproducteur. Cette

Autonomie dépend de la capacité de l’individu à être

Responsable de ses actes et de leurs conséquences. La

Responsabilité du milieu éducatif (parents et professionnels)

Est aussi engagée : comment gérer la liberté » de l’individu

Et la nécessité de le protéger ?

4. Liberté des orientations érotiques : l’orientation érotique de

L’individu peut être hétérosexuelle, homosexuelle ou

Bisexuelle. Cette orientation doit être respectée.

5. Mixité des lieux de vie : c’est par la mixité, en se côtoyant

Dans le quotidien que les garçons et les filles, les femmes et

Les hommes peuvent acquérir des capacités de

Communication entre eux et une perception plus réaliste de

L’un ou l’autre sexe.

6. Egalité des sexes : des échanges interpersonnels les plus

Égalitaires possibles, entre des individus des deux sexes sont

Favorisés dans le respect des différences de chacun et de

Chacune.

7. Respect de l’autre : les échanges érotiques ou amoureux

Impliquent l’égalité et la responsabilité de l’un et l’autre des

Partenaires. Toute personne doit être respectée. Il y a une

Nécessité de consentement mutuel entre les partenaires.

8. Intimité : chacun a le droit de disposer d’un lieu où il se sent

En confiance et peut vivre entre autres, certaines pratiques

Érotiques. Chacun peut disposer d’une vie privée dans la

Mesure de ses moyens.

9. Accès à l’information-éducation : il est important que

Chacun ait un accès à un maximum d’informations

Concernant le corps, la sexualité, les émotions, les

Comportements sociaux appropriés.

Ces valeurs sexuelles sont des repères sur lesquelles le professionnel

Peut se baser, il s’agit d’une ligne de conduite et bien entendu, il

Faut adapter ses valeurs à la personne concernée. En effet,

Chaque personne handicapée n’a pas la même demande, ni les

Mêmes besoins affectifs et sexuels et dès lors la réponse doit être

Individualisée et adaptée.

L’étude réalisée par Madame Delville et Messieurs Mercier et

Collignon démontrent que la plupart des personnes interrogées

Accordent une importance aux amitiés avec une personne de

Même sexe mais aussi pensent qu’avoir un ami de l’autre sexe est

Également important.

La majorité des personnes interrogées déclarent que la vie en

Couple est importante et presque la moitié exprime un désir

D’enfant. La personne handicapée doit être considérée comme

Une personne à part entière dans toute sa globalité. Il est

Important de la respecter en tant que personnes mais aussi de

Respecter ses choix, son intimité, sa sexualité.

Les personnes valides ou handicapées ont les mêmes besoins mais

Une personne handicapée a besoin d’aide pour réaliser ce qu’elle

Souhaite. Ce manque d’intimité est lourd à porter.

Il faut laisser aux personnes handicapées mentales

Institutionnalisées la possibilité de parler, poser des questions au

Personnel éducatif de l’institution concernant leurs différentes

Interrogations dans le domaine de la sexualité.

3. Conclusion.

Nous constatons ces dernières années que le leitmotiv du politique

Ainsi que des Associations de personnes handicapées est de

Privilégier l’autonomie et l’intégration sociale et professionnelle

Des personnes handicapées. Mais cette intégration passe aussi par

L’épanouissement et le bien être de la personne handicapée

Donc tout ce qui touche au domaine de l’affectivité et de la

Sexualité.

En tant qu’Association défendant les droits des personnes

Handicapées, nous défendons l’idée que les personnes

Handicapées mentales ont droit de vivre une vie affective et

Sexuelle épanouie car leur qualité de vie affective et sexuelle

Influencera leur qualité de vie générale.

Il nous paraît important pour le bien-être de la personne

Handicapée mentale que l’institution reconnaisse à la personne le

Droit à une vie affective et sexuelle. L’institution doit donc

Envisager une éducation sexuelle positive qui comprend une

Démarche qui exprime une acceptation et une valorisation de la

Sexualité. Cette éducation doit être adaptée à la personne,

Individualisée tout en tenant compte de ses capacités de

Compréhension.

Les actions éducatives doivent viser un épanouissement et le bien

Être de la personne handicapée mais aussi la prise en compte de

Ses désirs (vie de couple, enfant, contraception).

Nous sommes arrivés à un point où notre société doit prendre en

Considération la sexualité des personnes handicapées mentales et

Ce, en posant d’une part un nouveau regard sur la sexualité de la

Personne handicapée mentale et d’autre part en apportant une

Réponse, une structuration sociale cohérente. Ne pas le faire s’est

Prendre le risque dans un contexte de maladies sexuellement

Transmissibles d’engendrer des réactions et comportements

Inadaptés.

4. Sources.

- Sexualité en Institutions : 30 ans après…

J-L Wasmes, Pascale Baudour 2004.

-Education affective et sexuelle de personnes ayant une

Déficience intellectuelle Christiane Déloyaux – de Decker

Anne Dasnoy-Sumell

- h//p archive.lien-social.com

« Quelle sexualité pour les personnes handicapées mentales »

-« Les valeurs sexuelles » Michel Lemay (sexologue)

- « Sexualité briser les tabous » Bernadette Soulier (sexologue)

-Les handicapés mentaux ont-ils droit à une vie sexuelle normale.

 

Assohandicap

54, rue blanquerie

11300 Limoux (Aude)

Tel : 04.68.31.12.03 (messagerie à votre disposition)

Contact par Mail : assohandicap@live.fr ; savs2-limoux@hotmail.fr

 

 

sexotherapeute02@hotmail.fr

 

Nos sites : //sexotherapeute.onlc.fr   //aidants-sexuels.onlc.fr



08/05/2012
0 Poster un commentaire