Une pomme avec un coeur d'amour croqué

Un colloque européen ("Dépendance physique: intimité et sexualité") se tient aujourd'hui au Parlement européen de Strasbourg afin de discuter de l'"accompagnement sexuel" des handicapés par des "aidants sexuels".

La France étudie apparemment le sujet, dans l'hypothèse d'une application chez elle dans les prochaines années, à l'initiative des pouvoir publics et les associations.

"Les participants, des sexologues, juristes, accompagnatrices sexuelles, députés et élus venus de France, d'Allemagne, de Belgique, d'Italie, de Suisse et des Pays-Bas, entendent s'appuyer sur l'expérience des voisins européens pour les adapter en France en levant certains blocages culturels et juridiques".

Selon certaines associations, comme la section zurichoise de Pro Infirmis, une organisation d'aide aux handicapés: les personnes souffrant d'un handicap physique ou mental ont beaucoup plus de difficulté à découvrir et vivre leur sexualité. Leur infirmité les pénalise aussi dans ce domaine, sur lequel pèse en même temps un tabou social. C'est pourquoi les handicapés, considérés souvent à tort comme des être asexués, ont tout particulièrement besoin d'être aidés.

ProInfirmis a ainsi pour projet la formation d'une dizaine d'"attoucheurs et d'attoucheuses", capables d'offrir massages, caresses, expériences sensuelles et jeux érotiques, à l'exception, en principe, des relations sexuelles complètes. Selon Pro Infirmis, les aidants ou accompagnant sexuels (attoucheurs et attoucheuses) détermineront à l'avance avec leurs clients la frontière à ne pas dépasser et le prix de leurs services.

L'accompagnant sexuel des hommes et femmes handicapés jouerait donc le rôle d'intermédiaire, en proposant des massages et jeux érotiques. Aux Pays-Bas les accompagnant sexuels (volontaires, infirmières ou aides-soignantes) peuvent depuis 1982 prodiguer des "soins d'amour". Leurs prestations sont même remboursées par la sécurité sociale !

J'ai réellement du mal à imaginer la chose. La limite entre l'accompagnement sexuel des handicapés et la prostitution est-elle si délimitée?